• Le 14 Mars 2012

Les amoureux

  • Du 29 février 2012 au 31 mai 2012
  • Aktéon théâtre - Paris

Une jeune troupe, fraîche et talentueuse, déploie un jeu de très belle qualité dans la pièce de Goldoni. La Commedia dell’arte a fait quelques peu ses malles sur les costumes mais a gardé tout son rythme et son jeu corporel dans une mise en scène où le comique déploie ses gammes. C’est un Goldoni bousculé mais au combien respecté.

Le spectacle démarre sur les chapeaux de roue. Dès les premières répliques, les comédiens incarnent avec dynamisme et entrain leurs rôles dans une pièce, au demeurant fort comique, de Goldoni. Le comique est serti dans la trame et dans la mise en scène de Julien Delbès. L’histoire est entre Eugénie et Fulgence qui veulent se marier mais leurs relations, faites de soubresauts et de disputes jalouses, devient un handicap à leur amour. De natures très égocentriques, chacun devient source de suspicion et de disputes de l’autre.

Die Sonne

  • Du 7 mars 2012 au 14 mars 2012
  • Théâtre de l'Odéon - Paris

Dans une belle scénographie mettant en perspective l’univers théâtral, les comédiens déploient un jeu de très belle composition avec Uli Kirsch, dans le rôle d’Axel, superbe dans son personnage. La mise en scène de Py laisse place à un jeu fait de mouvement et d’énergie dans des séquences de jeu remarquablement orchestrés.

Dès la première scène, le rideau laisse place à un lit dans lequel Axel dort. Axel, en la personne d’Uli Kirsch, est cet homme qui est entré dans une troupe de théâtre presque familiale composée, en partie, d’un fils et de sa mère pour y apporter toute la fougue et toute l’énergie parfois irraisonnée de la jeunesse. Le jeu d’Uli Kirsch est splendide dans son intensité, dans sa force voire dans ses tours de force.

La scène laisse apparaître un théâtre de briques de couleur marron d’un étage. A l’intérieur, les coulisses apparaissent avec toute une loge, un grand cheval noir, un piano et son pianiste. Qu’est-ce que le théâtre ? Quel est le but du théâtre ? La pièce de Py traite du théâtre par l’entremise de cette troupe de comédiens bousculé par cet acteur qui mord les oreilles du metteur en scène. La scénographie change de plan au fil des scènes, laissant apparaître sous toutes ses facettes l’univers théâtral, les coulisses laissent place aux loges qui laissent place à des décors, le tout entraîné par une musique au piano. Les séquences de jeu sont remarquablement bien orchestrées.